Les seigneurs de Dogtown

Publié le par Peyo



Réalisée par Catherine Hardwicke
Avec John Robinson, Victor Razuk, Emile Hirsch, Heath Ledger...
Sortie en salles le 20 Juillet 2005


Ce film n'est pas une compilation des meilleurs rides des X-Games comme le laisse à penser la bande annonce, Les seigneurs de Dogtown montre en fait la génèse du skate-board en Californie à travers 3 légendes vivantes de ce sport de glisse que sont Stacy Peralta, Tony Alva et Jay Adams. Il s'agit de leur histoire, de leur ascension... C'est Stacy Peralta lui même qui a écrit le film et a choisi Catherine Hardwicke (Thirteen) comme réalisatrice. Pour interpreter Stacy Peralta, c'est John Robinson vu notamment dans Elephant de Gus Van Sant qui s'y colle, la ressemblance est d'ailleurs fort troublante. Idem pour Tony Alva interprêté par Victor Razuk, chicano roi de la glisse qui cherche le ride ultime et la gloire. Enfin Emie Hirsch, complètement à l'opposé de son personnage de Girl next door, joue içi Jay Adams, celui qui symbolise l'anti-business, le "skate and destroy", on voit d'ailleurs très bien sa transformation au cours du film. Pour les néophytes qui ont vus Les seigneurs de Dogtown, je vous conseille de vérifier sur google images la ressemblance de chacun, c'est assez stupéfiant.
Parce qu'il ya plus de béton dans le monde que de bons spots, parce que la sécheresse vide les piscines et parce que les roulettes en uréthane sont devenus anti-dérapantes, ces jeunes garçons du ghetto de Dogtown deviennent les rois de la glisse urbaine (les Z-Boys) et rident des vagues de béton. De leur ascension nait une team de compétition puis les premiers contrats juteux les séparant, ils deviennent rivaux lors des differents tournois... Ces seigneurs du bitume plein de foutre et d'hormones sont en quête d'absolu et symbolisent la naissance d'un sport devenu phénomène. Le film nous replace dans les années 70 avec réussite bien aidé par une B.O rock qui dépote ! Sorte de Almost famous version surf and skate, ce film est un petit plaisir bourré d'energie mais non dénué de nostalgie. Si vous n'avez pas de Globe ou de Vans à vos pieds ou que vous n'avez jamais touché à une planche (avec ou sans roulettes), ce n'est pas bien grave tant le film est accessible à tous et permet d'appréhender ce sport d'une autre manière. Un vrai bon moment !


Peyonote : 7/10




Bonus Emile Hirsch sur Peyomedia :


[ clic sur la vignette ]


Publié dans L'après séance...

Commenter cet article

chloé 11/08/2005 15:23

trés bon film !!les acteurs sont trés prometteurs !trés bon article et trés bon blog !@+