World trade center

Publié le par Peyo


Réalisé par Oliver Stone
Avec Nicolas Cage, Michael Pena, Maria Bello, Maggie Gyllenhall...
Sortie en salles le 20 Septembre 2006
> Bande-annonce <


Cela fait maintenant plus de trois semaines que j'ai vu cet étron patriotico-pathetique. World trade center ou l'histoire d'un film au budget de 63 000 000 $ pour un rendu digne d'une saga dominicale sur M6. Mais où est donc passé le cinema contestataire de Oliver Stone ? Lui qui allumait l'interventionisme américain en Amérique du Sud dans Salvador, évoquait les méfaits de la guerre du Vietnam dans Platoon et Né un 4 Juillet, accusait la CIA dans JFK ou s'en prenait à Nixon dans le film du même nom... Dans son (très) long-métrage de 2h10, Oliver Stone choisit de suivre l'histoire vraie de deux flics coincés dans les décombres des tours jumelles. Une histoire de rescapés comme les aiment les américains moyens avec son lot de bravoure et de morale familiale. D'un ennui mortel, Oliver Stone signe donc un film ultra-polissé et véritablement sans envergure. Le rendu est donc catastrophique et la tension dramatique au "ground zero" comme on dit. Ceci dit, comme il est difficile de faire pire que la réalité, étant donné que la catastrophe passait en direct sur toutes les télévisions du monde à l'époque, il aurait été plus que bluffant que Oliver Stone arrive à recréer un 11 Septembre bis. Ce n'était manifestement pas son but et force est de constater qu'il n'a pas eu foncièrement tort. De là à nous faire subir les dialogues sans interêt de deux malheureux coincés sous la ferraille et les pierres, fallait oser ! Et je ne vous parle même pas des familles qui, de leur côté, déballent tout l'attirail de l'émotion surfaite, du marines style Rambo ou encore de l'apparition pathétique de Jesus-Christ... C'est peut-être un film hommage, ça n'empêche que les spectateurs gloussent et rigolent sur la plupart des séquences tellement celles-ci sonnent faux !
Honnêtement, World trade center s'arrête au moment où l'ombre du premier avion passe sur un building new-yorkais car tout le reste (soit les 1h55 restantes) n'est que propagande nationale et trémolos sentimentaux sans interêt. Après l'echec de son Alexandre, Stone a semble-t-il choisi de la jouer modeste. Cherche-t-il à se remettre en selle avec un film banal mais compatissant ; ou a-t-il réellement perdu de sa superbe ? Difficile de répondre... Ce qui est sûr en tout cas, c'est que ce World trade center là est digne d'un telefilm de bas étage.


Peyonote : 2/10




Thématique 11 Septembre sur Peyomedia :

[ Clic sur la vignette ]

 

Publié dans L'après séance...

Commenter cet article

Isabelle 11/09/2007 16:29

World Trade Center http://anna-marly.narod.ru/world.html

Peyo 16/10/2006 01:08

Je n'ai jamais ressenti le moindre enfer pour nos deux pauvres policiers... Le décor en carton pate poussiereux m'a donné l'impression qu'ils rentraient dans un immeuble de 2 étages où les seules personnes à sauver étaient eux, et seulement eux... Reste que je rejoins ta critique sans pb :-)

Logan 15/10/2006 19:10

 
Je suis moi aussi sorti de la salle très déçu devant la bien médiocre qualité de ce film, même si tout n'est pas à jeter.
Le tout début du métrage (jusqu'à l'effondrement des tours) est impressionnant, classique mais bien amené. C'est par la suite que ça se complique.
Pour une fois, je m'aligne en partie sur la critique de Première : je trouve que WTC devient à partir de ce point un film schizophrène. D'un côté, nous avons le parcours des policiers coincés sous les décombres et leur calvaire, et d'un autre l'attente de leurs familles.
 
La partie concernant directement les policiers ensevelis est, à mon sens, extraordinaire, digne de ce que Stone peut faire de meilleur. Incapables de bouger, voués à une mort quasi certaine, l'attente bientôt insupportable (des secours ou de la mort) est retranscrite de manière organique, leur lutte pour la survie se fait à la seconde, et tout cela est filmé au plus près et nous plonge frontalement dans leur enfer.
 
Hélas, il y a en parallèle les (très) nombreuses scènes sur les familles en larmes qui attendent près de leur téléphone, se tapent dans le dos virilement, balancent des "ne t'en fait pas, je suis sûr(e) qu'ils sont encore en vie" avec un air grave limite constipé. C'est là, curieusement, que Stone se vautre dans un déballage de tous les pires clichés qu'appelle ce genre de situation, à coup de flash-backs éthérés, de drapeaux US plantés devant chaque maison et de crises de larmes assénées à un rythme métronomique...
C'est d'autant plus dommage que ces passages insipides entrecoupent les scènes avec les policiers, ce qui amoindrit considérablement la claustrophobie qu'elles dégagent et anéantit en cela tout le formidable potentiel  de leur douloureux chemin de croix... Exaspérant au possible.
 
Au final, WTC est une frustration de tous les instants car Stone avait trouvé un angle qui lui aurait permis d'aborder le sujet (extrêmement sensible et donc casse-gueule) idéalement : l'approche humaine. En se bornant à filmer les policiers, il aurait pû être gagnant sur tous les niveaux : leur rendre un hommage d'autant plus vibrant que leur calvaire aurait été ressenti physiquement par les spectateurs via une empathie bien plus importante ; et en même temps introduire un axe de réflexion critique sur l'événement ("qu'avons-nous fait pour mériter ça? Qu'a fait la nation pour justifier une tel acte?")qui n'est ici qu'à peine effleuré...
 
Un gros gâchis qui, j'espère, ne sera qu'une petite mauvaise passe dans l'excellente carrière du grand Oliver Stone.

Peyo 15/10/2006 16:18

Ce n'est pas un film de commande. Il peut trouver toutes les excuses du monde, dire que sa version "director's cut" est meilleur, on sait bien que c'est faux, c'est l'excuse classique...

Shinobipark 15/10/2006 10:40

Il a peut -être accpeté un film de commande por se remmettre en course (finacièrement) pour un futur projet plus perso ? Je cherche à lui trouver des excuses alors que je n'aime pas particulièrement ses films... Je suis trop bonne lol Biz.