Meurtrières

Publié le par Peyo


Réalisé par Patrick Grandperret
Avec Hande Kodja, Celine Sallette, Shafik Ahmad, Gianni Giardinelli...
Sortie en salles le 28 Juin 2006
> Bande-annonce <


Nina et Lizzy, la rencontre de deux jeunes filles normales, juste un peu fragiles. Entre elles, une reconnaissance immédiate... Ensemble, elles sont fortes, euphoriques... Elles n'ont pas beaucoup de chance, pas d'argent et n'ont que leurs rêves. En quête d'amour, chaque instant qui passe, chaque rencontre leur ferment un peu plus les portes d'un monde dont elles n'ont pas les clés. Rien en poche, on ne va pas loin ou alors carrément trop loin. Voici donc le synopsis de Meurtrières, un road movie prenant et surprenant ! Entre Paris, La Rochelle, Chatelaillon et l'île de Ré, Patrick Grandperret nous fait suivre les tribulations de ces deux jeunes filles aux caractères à la fois dissemblables et si proches. Deux actrices qui éclatent au grand jour et portent sur leurs frèles épaules le poids d'un film fort bien exploité. Hende Kodja interprète une Nina bouleversée et désemparée par la mort récente de son père. Elle décide de fuir Paris pour retrouver des amis à Bordeaux mais une amie de sa cousine la prend sous son aile et l'emmène sur La Rochelle. Peu à l'aise, elle se retrouve dans un hopital psychiatrique de la région où elle va rencontrer Lizzy (Celine Sallette). Celle-ci est plus introvertie, on dirait presque une enfant dans un costume trop grand pour elle... Elle semble fuir la réalité mais s'accroche à ce qui lui reste. De ce duo constitué, on ne connaitra pourtant rien du passé de Lizzy. Mais quelle complémentairité entre ces deux jeunes actrices ! Leur rapport fusionelle et intense illumine véritablement le film... Si Meurtrières passe parfois par des séquences assez banales (les filles se faisant bien malgré elle, baladées un peu partout), jamais le spectateur ne lâche prise et entre progressivement dans l'usure et la frustration psychologique des deux héroïnes.
Construit à partir de la scène d'introduction, le ressort dramatique du film ne cesse de s'accroitre au fil des minutes. Meurtrières nous plonge ainsi dans un univers particulier où deux jeunes brebis semblent lachées dans un monde de fauves, d'hypocrites et d'indifférence... Heureusement, elles sont deux, pourraient-on dire. Mais ces errances et ces rencontres parfois heureuses mais souvent glauques nous ramènent à une certaine réalité : la nuit, tout les chats sont gris. Pour donner corps à tout ça, outre la performance des deux principales actrices, il était donc important de mentionner l'excellente qualité de la mise en scène ainsi que des dialogues. De plus, Patrick Grandperret a choisi La Rochelle et ses environs pour situer l'action du film. Or, la belle et rebelle prefecture de Charente-maritime est une ville qui m'est chère, où je vais très souvent. Et cette ville là, de par sa lumière exceptionelle, ses petites rues enchanteresses et parfois sombres, l'ouverture sur la mer - métaphore d'un espoir d'avenir plus serein pour les deux héroïnes - est un excellent choix ! Je m'attendais à ce que Meurtrières soit un bon film, il fut même plus que cela.


Peyonote : 7,5/10




Peyomedia a dépassé les 50 000 visiteurs ce week-end, merci à vous !



Publié dans L'après séance...

Commenter cet article

shinobipark 15/07/2007 08:45

Ca y est, je l'ai enfin vu. Quel coup de poing ! Le film est extrêmement bien construit (1ère scène correspondant à la fin chronologique du film... du coup, on remnote le teps sans imaginez une seconde la spirale qui les y a conduite). balèse et fort.

Oreli6 05/07/2006 14:19

Ce film va ma plaire j'en suis convaincue....très belle critique en tout cas! A+

shinobipark 04/07/2006 12:49

Peyo et La Rochelle, une grande histoire d'Amour ! Ce film m'a l'air plutôt réussi visiblement... Et hop, je m'ajoute à ma liste des "films à voir" !

neil 04/07/2006 11:53

Ah tiens tu m'as donné envie de voir ce film, qui ne me disait pas grand chose pourtant à la base...   

La guÚpe 04/07/2006 11:34

Absolument d'accord avec toi, j'ai trouvé ce film très réaliste