La révolte des morts-vivants

Publié le par Peyo



Réalisé par Amando De Ossorio
Avec Cesar Burner, Lone Fleming, Elena Arpon, Joseph Thelman
Sortie en salles en 1971
Diffusée à la télévision le 13 Avril 2006 (Arte)


En vacances avec son ami Roger, Virginia croise une ancienne camarade de classe, Betty, près de la piscine de l'hôtel. Ils décident de partir piquer-niquer le lendemain mais jalouse d'une Betty trop entreprenante avec un Roger qui ne se défend aucunement, Virginia saute du train en marche. Perdue en pleine campagne, elle s'approche de Berzano, un village en ruines et décide de s'y installer pour dormir. Cette nuit-là, dans le cimetière attenant, de la fumée s'échappe des tombes et des mains sortent de terre...
Si je n'avais qu'une chose à vous dire concernant La révolte des morts-vivants (la noche del terror ciego), je vous dirais : putain que c'est nul mais qu'est-ce que c'est bon ! Détaillons un peu plus... Point de zombies à l'horizon donc, mais des Templiers maudits devenus des spectres aveugles et décharnés. Chaque nuit, ils se réveillent dans le village deserté pour poursuivre leurs rites et s'attaquer aux gens de passage. Point de décéption de ce côté là, les chevaliers d'outre-tombe sont extremement bien travaillés pour l'époque et l'atmosphère nocturne dans le cimetière est plutôt bien réussie : fumée qui émane du sol, lumière inquiétante, tombes qui s'ouvrent lentement et chants grégoriens pour couronner le tout ! Hélas, le jeu d'acteurs des principaux personnages n'est pas très brillant mais l'on s'amuse réellement de voir les interprètes féminines criaient face à des créatures encapuchonnés aussi lentes qu'un escargot... Le réalisateur eut tout de même la bonne idée de donner des chevaux à ses macabres chevaliers pour les faire avancer plus vite vers leurs proies fuyantes.
On note par ailleurs une ambiance volontairement érotique tout au long du film, la scène d'ouverture est plus qu'ambigüe et les différents personnages féminins sont souvent amenées à être dévétues. La relation entre Betty et Virginia n'est hélas pas réellement expliquée et le rapport homme-femme reste vraiment étrange comme le démontre une scène de viol totalement surréaliste et sans réel interêt. Pour autant, La révolte des morts-vivants nous offre de sacrés  moments de rigolade et des dialogues à mourir de rire : aaaaaahhhhh ! Mais c'est la sac de couchage à Virginia ? Mais c'est la chaussure à Virginia ? Qu'est-ce que c'est que ce truc ? Aaaahhhh !!!
La technique et la réalisation est certes imparfaite mais il est important de relativiser, le film s'étant en effet fait en 1971. Les effets speciaux sentent eux bon le plastique et le sang sort probablement d'un boudin qu'on presse mais ce n'est pas si gênant que ça. Bref, la puissance de ce film tient plus dans la présence hypnotique de ces chevaliers d'outre-tombe que dans son intrigue. On aurait toutefois aimé que le film soit peu plus trash et sanglant malgré un final non dénué de sens. A noter pour finir que La révolte des morts-vivants constitue le premier épisode de la tétralogie d'Ossorio puisque suivront par la suite
Le Retour des morts-vivants, Le Monde des morts-vivants et La chevauchée des morts-vivants.


Peyonote : 5/10


Publié dans Petit écran

Commenter cet article

Peyo 22/04/2006 13:08

Le tournage au Portugal, c'est parce que ce genre de cinéma était interdit en Espagne sous Franco ;-)Merci pour tes petites précisions en tout cas

Damien BARTHEL 21/04/2006 11:36

Premier des 4 volets de la 'tétralogie des Templiers' de Amando De Ossorio, "LA REVOLTE DES MORTS-VIVANTS" n'en est pas le meilleur ("LA CHEVAUCHEE DES MORTS-VIVANTS",  le dernier, est le plus réussi, rare pour un dernier volet de films d'horreur).
Néanmoins, assez amusant (les chevaux au ralenti, la fille qui s'empare d'un de ces canassons pour fuir les 'zombies' et qui cavale au ralenti), avec des dialogues approximatifs et un doublage français approximatif aussi.
Acteurs plutôt miteux.
Musique moyenne, mais quand même angoissante (la scène de nuit au monastère hanté, juste avant la première apparition physique des morts-vivants).
Une scène d'ouverture assez réussie, violente et plus ou moins choquante (on a vu pire quand même).
Réalisation incertaine.
Mais histoire intéressante, variation intéressante sur les zombies (ici, des squelettes, tout simplement), variation qui prend en compte les lieux de l'intrigue (Espagne, Portugal) et l'histoire du sud de l'Europe

Dr Orlof 15/04/2006 13:36

Ah! nous avons regardé le même film et je partage tes sentiments.
Dans les dialogues, j'aime beaucoup ce moment où Roger, le bellâtre aux allures de surfeur s'exclame en lisant sur une tombe : "si mon latin ne me trahit pas, nous sommes en présence de templiers". Comme quoi, dans le temps, on pouvait connaître les langues mortes et porter des gourmettes!

Peyo 14/04/2006 12:59

Lola, Lola, Lola... Qui est restée pendant plus d'1h30 à mes côtés pour regarder ce film hein ? ^^

lola 14/04/2006 11:12

Je suis sure que ce sont les scènes érotiques qui t'ont fait continuer à regarder cette merde : )Perso, je trouve que la scène de viol dont tu parles est dédramatisée au plus au point et le jeu des actrices encore plus pitoyable que tu le dis. A part ca, je suis heureuse que ça t'es diverti : )