Anna M.

Publié le par Peyo



Réalisé par Michel Spinosa
Avec Isabelle Carré, Gilbert Melki, Anne Consigny, Gaëlle Bona...
Sortie en salles le 11 Avril 2007
> Bande-annonce <


Anna M. parle d'érotomanie, certes, mais aucun critique ne semble vouloir parler de la cause des troubles de l'heroïne. Comme si cette maladie mentale s'attrapait au coin de la rue, comme si l'érotomanie n'était - dans le cas du film - que la conséquence malheureuse d'une rencontre entre une patiente et son medecin. Pourtant avant l'illumination, il y'a une femme qui semble travailler dans un cadre plutôt austère. Pourtant avant de rencontrer le medecin qui va par la suite l'obnubiler au point de devenir folle, il ya une tentative de suicide. Presque pathétique, comme un appel au secours qui se termine par un long séjour à l'hôpital. Elle en porte les stigmates, une longue cicatrice partant du haut de la jambe jusqu'à son genou, Michel Spinosa ne s'y attarde pas mais joue sur la symbolique. Le medecin interprété par Gilbert Melki rééduque, la patiente elle, s'illumine. Ce qui parait purement professionnel pour l'un, est un acte de rapprochement presque intime pour l'autre...
Illumination : Anna s'accroche de nouveau à la vie, à cet homme qui semble involontairement la sortir d'une misère affective que le spectateur ne peut vraiment imaginer. De l'espoir d'être aimée suit très vite le dépit puis la haine... Quatre temps d'une psychose ! Quatre temps où un medecin et ses proches vont vivre un enfer... Si Michel Spinosa nous livre une mise en scène assez classique, la froideur et l'austérité des décors donnent au film un cachet plus qu'intéressant. De tout les plans, Isabelle Carré, comme d'habitude exceptionnelle, dérange et effraie ! On savait depuis un bon petit moment maintenant qu'elle était une des meilleures actrices du cinéma français, Anna M. pourrait très bien la consacrer définitivement ! Dans ce florilège de bons points, je trouve néanmoins dommage que ce film soit finalement assez proche du A la folie, pas du tout de Laetitia Colombani... Certes, leur trame sont différentes et le film de Spinosa nous plonge bien plus dans les vertiges d'Anna mais les deux fins sont assez semblables. Je n'en dirais malheureusement pas plus, notamment sur le cinquième acte de Anna M. (le refuge), passage éminemment clé de ce thriller intimiste... Peur de trop en dire, peur de déflorer un film qui mérite largement d'être vu !


Peyonote : 7/10

  

 

Bonus Isabelle Carré sur Peyomedia :

 

[ Clic sur la vignette ]

 

 

Publié dans L'après séance...

Commenter cet article

Le cinephile 29/07/2007 17:47

BonjourJ'aimerais premièrement te féliciter pour tes excellentes critiques qui sont tous très intéressante.  Ils le sont tellement que j'aimerais te faire une offre.  J'Ai créer un site sur le cinéma il y a quelque temps qui contient entre autre une section critique cinéma ouverte à tous.  J'aimerais savoir si tu accepterais que je transfert tes critiques sur mon site.  Tu auras ta page perso. avec la liste de tes critiques ainsi qu'un liens vers ton blogs.  Tout tes critiques seront signer par ton nom Peyo ou un autre c'est comme tu veux.  Je te donne l'adresse de mon site : www.lecinephile.qc.caMerci et je te souhaite une bonne visite et j'attend de tes nouvelles.

Shinobipark 27/06/2007 18:43

Où es-tu passé Peyo ??? J'espère que tout va bien pour toi. Biz.

Peyo 28/05/2007 18:16

Merci Benoit, ça fait toujours plaisir !A bientot.

benoit 28/05/2007 14:11

Bonjour,en me balladant sur le forum, j'ai trouvé votre site, que je trouve superbe!Bonne continuation

Peyo 17/05/2007 15:53

rectif : "que peu de monde ne relèvent..."